Chirurgie maxillo–faciale et Stomatologie Hôpital Saint-Louis

Les lambeaux

La réalisation d'un lambeau consiste à transférer un tissu vascularisé d'un endroit à un autre. Cette technique est utilisée pour combler une perte de substance qui peut être liée à un traumatisme ou à l'exérèse chirurgicale d'une lésion.

A la différence d'une greffe dont la vitalité dépend uniquement de la revascularisation fournie par le site receveur, le lambeau possède sa propre vascularisation assurée par des vaisseaux sanguins (artères et veines).

Les lambeaux peuvent être réalisés avec des tissus situés dans la même zone (lambeaux locaux), dans une zone proche (lambeaux régionaux) ou de tissus situés à distance.
Dans le cas des lambeaux à distance, la vascularisation est assurée en général par une artère principale et une (ou deux) veine principale. Les deux ensemble sont appelées pédicule vasculaire. C'est par lui que va transiter le flux sanguin qui assurera la vitalité du lambeau.

Lorsque le zone donneuse est trop éloignée de la zone receveuse (exemple : reconstruction mandibulaire par un lambeau de péroné - qui est un os de la jambe) le pédicule est trop court pour transférer directement le lambeau sur la zone receveuse. Il est alors sectionné et rebranché sur des vaisseaux proches de la zone receveuse. On parle alors de lambeau libre ou microchirurgical car les vaisseaux sanguins du pédicule (artère et veine) doivent être suturés à l'aide de techniques microchirurgicales (microscope et fils très fins).

Pour tout lambeau il existe donc une zone donneuse, où le tissu sera prélevé. Cela entraîne donc des cicatrices à ce niveau.
Au niveau de la zone receveuse, le lambeau sera fixé par différents moyens en fonction de sa nature : sutures seules s'il ne comporte que des tissus "mous", en association avec des plaques d'ostéosynthèse s'il existe une composante osseuse.

Nous décrirons très sommairement quelques exemples de lambeaux réalisés couramment.

lambeaux locaux et régionaux

lambeaux à distance

Lambeaux micronanastomosés