Chirurgie maxillo–faciale et Stomatologie Hôpital Saint-Louis

Fiche information
Génioplastie

La génioplastie vise à repositionner le menton. L’os de la mâchoire est coupé, replacé en bonne position et fixé par des vis et des plaques en titane.
Elle peut être réalisée dans des cadres différents :

L’intervention est réalisée par voie endobuccale et sans cicatrice apparente. Dans certains cas, une greffe osseuse peut être nécessaire en réalisant un prélèvement au niveau du crâne ou de l’os iliaque.

En pré-opératoire

Le jour de l'intervention

L'intervention

En post-opératoire

Dans la bouche

Au niveau du visage

La tuméfaction et les ecchymoses sont variables suivant les patients. Elles diminuent fortement la semaine suivant l'intervention puis disparaissent progressivement en 2 semaines environ.

L'alimentation

Molle pendant 1 semaine (tiède ou froide les premiers jours)

Hygiène

Elle est essentielle : brossage scrupuleux, bains de bouche sont à respecter. Un jet hydropulseur peut être utilisé en appoint.

Vis et plaques d’ostéosynthèse

Ce matériel n’a en général pas besoin d’être retiré. Si besoin, et au moins 6 mois après l’intervention initiale, l’ablation peut être réalisée (pour douleurs, gêne, infection) au cours d’une courte anesthésie générale.

Consultations de contrôle

Elles sont prévues à J7 J21 et 3 mois post-opératoires environ.

Les risques

Tout acte médical, diagnostique ou thérapeutique, même conduit dans les conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et à la réglementation en vigueur, expose à un risque de complication.

Saignement et hématome

Le saignement au niveau du site opéré est fréquent en post-opératoire. Il est modéré et peut durer 24 à 48h.
Un hématome peut parfois se constituer et justifier une reprise chirurgicale sous anesthésie locale ou générale.
Dans certains cas exceptionnels une transfusion de sang peut être nécessaire.

L'infection

Elle est très rare, survenant souvent sur un hématome secondairement surinfecté. Elle est traitée par des antibiotiques et peut nécessiter une reprise chirurgicale sous anesthésie locale ou générale.
L'intoxication tabagique majore grandement ce risque.

Le risque nerveux

Au niveau mandibulaire, le nerf alvéolaire inférieur chemine dans l'os. Lors de l'intervention, le nerf peut être distendu et entraîner une diminution de la sensibilité de l'hémi-lèvre inférieure et de la moitié du menton du même côté. Cette diminution de sensibilité est généralement réversible dans un délai variable (de 3 à 18 mois). Le cas extrême correspond à une section totale du nerf qui entraîne une anesthésie totale et définitive de la moitié de la lèvre inférieure et du menton.

Au niveau osseux

Retard ou absence de consolidation.

Ils sont rares et peuvent indiquer une nouvelle intervention avec réalisation d’une greffe osseuse.

Fonte du fragment osseux

Elle est rare et progressive. Le fragment se résorbe progressivement pouvant conduire à une nouvelle intervention (greffe osseuse ou implant mentonnier en silicone).

Au niveau dentaire

Des lésions dentaires peuvent survenir pendant le geste (en particulier au niveau des racines) et entraîner des soins secondaires.

Anomalie de forme du menton

Elle peut être consécutive :

Une reprise chirurgicale est en général nécessaire, à distance du geste initial (> 6 mois) afin d’obtenir une cicatrisation complète des tissus.

Fracture de la mandibule

Elle est exceptionnelle. Elle survient pendant la section du menton et justifie sa réparation par des vis et plaques d’ostéosynthèse.

Blessures d’autres tissus lors de l’intervention

Elles peuvent survenir (lèvres) et sont rares.

Les risques de l'anesthésie générale

Ils vous seront expliqués par le médecin anesthésiste lors de votre consultation pré-opératoire.