Chirurgie maxillo–faciale et Stomatologie Hôpital Saint-Louis

Généralités

Les kystes des mâchoires regroupent sous un même nom (abusif) de nombreuses entités différentes : des kystes vrais et des tumeurs. Dans l'immense majorité des cas, ces kystes sont bénins, c'est à dire non cancéreux. Mais cela ne signifie pas qu'ils peuvent toujours être laissés en place sans conséquence.

Ils correspondent au développement d'un tissu anormal au sein de l'os des mâchoires (maxillaires pour la mâchoire supérieure ou mandibule pour la mâchoire inférieure). Ce tissu est mou et ne présente pas la solidité de l'os. Il représente donc une zone de fragilité relative. Il est cependant très rare qu'une fracture spontanée se produise dans les formes banales.

Les causes sont multiples et la classification est longue. Certains sont d'origine inflammatoire ou infectieuse, d'autres sont d'origine malformative, et pour certains enfin l'origine n'est pas connue. La classification de ces kystes est réalisée en fonction de leur analyse après les avoir enlevés.

En fonction des cas, différentes radiographies peuvent être réalisées : cliché rétro-alvéolaire, panoramique, scanner ou IRM.
Ils orientent le diagnostic mais certains kystes présentent des caractéristiques radiologiques semblables. L'analyse du tissu retiré permet de déterminer précisément sa nature.

En fonction de la taille et de l'ancienneté du kyste, des déplacements dentaires peuvent survenir, une déformation de la mâchoire peut apparaître. Ces signes sont de survenue lente et progressive et souvent non détectée par le patient lui-même en raison de la lenteur d'installation des anomalies

L'évolution spontanée de ces kystes se fait généralement vers une augmentation progressive de taille sans tendance à la régression spontanée.

Nous évoquerons les kystes les plus fréquents en pratique courante, mais la liste présentée n'est pas exhaustive !

Kystes fréquents

Kystes inflammatoires ou infectieux

Ce sont les plus fréquents. Ils sont en fait la conséquence d'une infection dentaire chronique. L'infection s'est alors étendue au delà de la dent par la racine et entraîne une atteinte osseuse limitée de l'os de la mâchoire. Ce phénomène se produit en général progressivement à bas bruit jusqu'à la survenue d'un épisode infectieux aigu qui fait réaliser un cliché radiologique détectant le kyste.

Ces lésions sont appelées granulome ou kyste en fonction de leur taille

En fonction de la taille du kyste et de l'atteinte dentaire, plusieurs options de traitement sont possibles :

Kératokyste odontogénique

Anciennement appelé kyste épidermoïde, ce kyste est dû au développement dans l’os des mâchoires de résidus embryonnaires de tissu qui ne devrait plus s’y trouver. On le trouve préférentiellement à la mandibule dans les régions molaires et à la partie antérieure des maxillaires (zone incisive et canine).

Il peut être découvert de plusieurs manières : soit au décours d’un épisode infectieux, soit de manière fortuite pour une radiographie dentaire faite pour une autre raison. Il est parfois volumineux car son développement peut rester longtemps silencieux. Son traitement est chirurgical, sous anesthésie générale.
En cas d'atteintes dentaires associées, il est parfois possible de tenter de conserver certaines dents. Sinon, les dents touchées seront avulsées (extraites) lors de l'exérèse du kyste

Ce kyste est volontiers récidivant après intervention chirurgicale. Cela est particulièrement vrai pour les grands kystes qui possèdent de nombreux "recoins" qui sont parfois difficilement accessibles lors de la chirurgie. Il est donc essentiel de poursuivre la surveillance qui vous sera prescrite.

Améloblastome

Il provient également de résidus embryonnaires.
C'est une tumeur bénigne mais qui possède un caractère localement très agressif. Elle envahit et détruit progressivement l'os puis le dépasse et envahit les parties molles adjacentes. Elle peut parfois atteindre une taille très importante. L'améloblastome se développe principalement au niveau de l'angle de la mâchoire inférieure. Dans les formes importantes, les atteintes dentaires sont fréquentes et parfois étendues. Il est fréquent que les dents atteintes par le kyste soient extraites au moment de l'exérèse du kyste afin de minimiser les risques de récidive. Le traitement de ce kyste est chirurgical sous anesthésie générale.